menu

démarche

Le modus operandi est de transcender l’imperceptible en contemplatif. Trouver des détails urbains souvent cachés et les montrer sous forme de tableaux, mettre en valeur des microcosmes si souvent fréquentés, mais si souvent inaperçus.

L’artiste utilise l’errance comme vecteur de perception accrue, afin de s’approprier  pleinement la spontanéité du geste photographique qui lui est cher depuis ses débuts. Aussi, il exploite la quasi absence de limitations du numérique en cartographiant minutieusement chaque sujet qui l’interpelle, façonnant ainsi une banque d’images exhaustive.

Lorsqu’il transforme, construit et manipule ses images, Beck reste fidèle à sa base en optant pour une lenteur volontaire qui favorise l’intuition, faisant ainsi contraste avec la rythmique propre à l’étape des prises de vue. Depuis toujours, il est  à son aise lorsque surviennent ces multiples contrastes et c’est précisément dans ces instants que naissent des fresques involontaires, des peintures trouvées et réinterprétées, l’indiscible devient alors matière à contemplation.

Beck travaille simultanément sur plusieurs séries, mais depuis plus d’un an, il se concentre sur la création d’assemblages polyptyques où il tente de dégager un nouveau dialogue sémantique, une nouvelle facture graphique qui émanerait de ces jumelages aléatoires.

Ici une version PDF téléchargeable : Démarche_Erik_Beck_2014

Share
UA-40822174-1